Nutrition, évolution et régime alimentaire sain

La nutrition a tout à voir avec la santé. Ce n’est pas une nouvelle, exactement, mais en regardant les informations folles qui circulent sur le marché, on se demande si quelqu’un fait vraiment le lien : ce que vous mangez a une incidence sur la façon dont vous vous sentez. C’est aussi simple que cela. Votre santé dépend des choix alimentaires que vous faites à court et à long terme.

Prenez une pilule, et tout ce que vous avez fait, c’est traiter un symptôme. Modifiez vos habitudes alimentaires, et créez un changement durable dans votre bien-être. Il existe cependant tant d’approches de l’alimentation et tant d’informations contradictoires que l’on en est réduit à cette simple question : ce que vous mangez en ce moment a-t-il un sens ?

Eh bien, le bon sens n’est pas courant, et il dépend de certaines bonnes informations. Voici donc un élément à prendre en considération : quels types d’aliments les humains sont-ils faits pour manger ?  C’est évident, mais que dire de certains autres aliments que nous considérions comme des aliments de base sains jusqu’à récemment, comme le pain et les pâtes. Remontez dans votre imagination, à l’époque des chasseurs-cueilleurs – avant l’agriculture et l’obésité qui a suivi pour la première fois chez les humains – et réfléchissez à ce qui ferait partie du régime alimentaire normal de nos ancêtres. Si vous êtes sur le point de mettre dans votre bouche un aliment qui n’existait pas avant l’agriculture (une évolution relativement récente dans l’histoire de l’humanité), mangez-le en sachant que votre corps ne le considère pas comme un aliment “normal”. Les aliments que votre corps considère comme “normaux” contribuent à votre santé, tandis que d’autres sont neutres ou nocifs. C’est simple, n’est-ce pas ?

Que doit-on manger selon son groupe sanguin ?

Le livre du Dr Peter D’Adamo, “Eat Right 4 Your Type”, dans lequel il fonde ses listes de ce qu’il faut manger et éviter sur le groupe sanguin, est une exploration bien connue de ce concept selon lequel certains aliments aident notre corps à se développer. D’Adamo affirme que le type O est le plus ancien et que le type A, plus récent, n’est apparu qu’avec l’agriculture. Les O devraient donc manger beaucoup de viande et de légumes car ce groupe sanguin ne sait pas comment gérer une trop grande quantité de céréales. Le groupe A peut manger des céréales, mais pas des produits laitiers. Les produits laitiers sont une catégorie d’aliments “normaux” réservée au groupe sanguin humain AB, encore plus récent (nous créerons peut-être un nouveau groupe capable de supporter les Cheetos et la réglisse rouge, mes aliments anormaux préférés).

D’Adamo étaye sa théorie des groupes sanguins par toutes sortes de recherches minutieuses, et alors ? Est-il logique que les humains se fient principalement à des aliments qui se trouvent dans la nature ? Absolument. Si vous devez manger une céréale comme le blé, alors mangez-la entière, ou ne la mangez pas du tout, et n’en mangez pas beaucoup de toute façon parce que les humains ont pratiquement inventé le blé ! Je n’irai pas trop loin dans le débat “Est-ce naturel ?”, car il est temps d’examiner le point de vue d’un autre chercheur sur le lien entre alimentation et évolution.

Le Dr Phillip Lipetz a écrit “The Good Calorie Diet”, un livre destiné au marché de la perte de poids, mais il a également étayé ses théories par toutes sortes de recherches minutieuses. Il décrit comment la réaction humaine à la famine qui s’est développée pendant l’ère glaciaire se poursuit aujourd’hui. Il est ironique, n’est-ce pas, que la nourriture disponible aujourd’hui – riche, sucrée et abondante – fait que notre corps se comporte comme si la famine était à portée de main.

Pour résumer, jusqu’à l’ère glaciaire, les humains mangeaient tout ce qui était disponible, comme des racines, des plantes, des fruits et un peu de charogne savoureuse de temps en temps. Avec les périodes glaciaires, ces aliments se sont raréfiés. Aujourd’hui, les humains sont forcés de chasser, mais c’est risqué et les armes sont primitives, donc il y a des périodes entre les meurtres. Le résultat : nos ancêtres ont développé des moyens de tirer le meilleur parti de la conversion de l’excès de sucre dans le sang en éléments nutritifs stockés sous forme de graisse corporelle. Lorsqu’ils mouraient de faim, ils vivaient de la graisse stockée.

Le régime alimentaire actuel imite celui de l’ère glaciaire : riche en graisses et en protéines, et notre programmation génétique dit : “Euh oh, nous sommes à nouveau confrontés à la famine. Il vaut mieux stocker un peu de graisse”. Dans son livre, Lipetz donne des détails convaincants sur les combinaisons d’aliments. Il en décrit certaines qui provoquent la création d’un excès de graisse, comme le beurre sur le pain. Plus utiles sont ses combinaisons qui inhibent réellement la formation de graisse, comme la viande maigre avec la plupart des légumes. Dans une société où l’obésité et les problèmes de santé qui l’accompagnent sont omniprésents, ces combinaisons d’aliments sont utiles pour attirer notre attention. Pourtant, le point le plus utile à retenir de ses recherches est que les aliments qui amènent notre corps à créer un excès de graisse ont tous une chose en commun : ils ne faisaient pas partie du régime alimentaire normal de nos ancêtres.

Grâce à cette vue d’ensemble, la prochaine fois que vous vous apprêtez à porter quelque chose à votre bouche – que votre attention se porte sur la santé ou le poids – vous n’aurez pas besoin d’avoir en tête un tas de règles et d’informations farfelues. Il suffit de faire preuve de bon sens. Demandez s’il s’agit d’un aliment qui existait avant l’avènement de l’agriculture. Si c’est le cas, allez-y. Si ce n’est pas le cas, considérez que votre corps ne considérera pas la nourriture comme “normale” et qu’à court et à long terme, cela aura des conséquences sur la santé.

Remplissez notre formulaire et obtenez votre programme personnalisé gratuitement Cliquez ici